PERMANENT WAR – jour #4

PERMANENT WAR JOUR 4
DES ACTES PLUTOT QUE DES PAROLES...

Le travail (surtout dur) paye, nous le savons tous bien. Tout le monde ici sait ce que c'est de travailler son instrument, les heures et les heures de répétition pour pouvoir placer la bonne note de saxo ou de trombone, la bonne rythmique à la batterie, le bon phrasé et la justesse au chant... Travailler et travailler encore et encore pour avoir le meilleur résultat possible dans ce qu'on fait.

Alors comme disent les ricains « less talking, more acting ». Pour moi la journée va être chargée, j'ai tous les doublages de voix à faire, la voix principale sur « Emergency » chanson dans laquelle on demande justement à nos politiciens de moins parler et plus agir. Il y a aussi « One for All » sur lequel je pense que je vais refaire le chant principal, lui donner un petit côté soul.

Ma hantise en tant que chanteur ça a toujours été de me retrouver devant le micro et que rien ne sorte quand on annonce « rec », que la justesse me fasse défaut au dernier moment, que je ne retrouve pas le bon phrasé. J'imagine que c'est quelque chose qui arrive à tous les musiciens quel que soit l'instrument cependant pour un chanteur comme moi, qui n'ai jamais pris de cours de musique, la hantise est forte même si je ne le montre pas.

La voix est un instrument « physiologique », pour moi on chante avec tout le corps, les tripes, les os. Son âme. Le chant pour moi est une médecine, une thérapie, un exutoire. Et dans cet album je lâche beaucoup de choses qui me sont intimes. Je ne vous dévoilerai pas les chansons qui parlent d'éléments de ma vie, je vous laisse découvrir par vous même. Il y a aussi ces chansons qui parlent de ma vision de ce monde, vision que je partage avec les gars et quand j'entends leur voix dans les cœurs venir appuyer ce que je chante, ça donne encore plus d'ampleur et ça donne plus de force à mon propos.

La voix c'est la moitié d'une chanson alors si elle est foirée, la chanson est foirée. Il en est de même pour les instruments. Les gars ont bien bossé et je me sens bien sur les versions. La session se déroule bien. Tout rentre en temps et heure. Le sourire est sur tous les visages. On est content et la visite de « Pioups » un vieil ami du groupe que j'ai le plaisir de connaître ce soir renforce encore plus la joie de cette journée. Pioups a amené une petite bouteille qui m'envoie au lit plutôt que je ne le fais d'habitude. Mais ça c'est une autre histoire...

Restez connectés.
Peace.